GUIDE DU VENDEUR : les secrets d’une vente immobilière réussie

Publié le: 25 Juin, 2020 Catégories: Immobilier
 

Vendre un bien immobilier n’est pas simple. Un tel processus de vente peut engendrer du stress et des complications, mais, heureusement, également beaucoup d’enthousiasme. Réussir une vente immobilière nécessite une bonne préparation et des décisions éclairées. Découvrez dans ce guide complet les 10 étapes fondamentales pour vendre votre bien immobilier sans tracas : ce n’est pas qu’une transaction immobilière.

  1. Estimer la valeur de votre bien
  2. Préparer un dossier de vente de qualité
  3. Sélectionner le meilleur courtier immobilier
  4. Il est temps de préparer votre bien
  5. La commercialisation et la diffusion de l’annonce
  6. Les visites
  7. Négocier les offres et signer un accord de vente
  8. La banque et le notaire
  9. Dernière ligne droite : finaliser la vente
  10. Réception des fonds et transfert de propriété

 

1. ESTIMER LA VALEUR DE VOTRE BIEN

 

Et si l’estimation de la valeur d’un bien immobilier était l’étape la plus importante d’une vente immobilière ? Ce qui est certain, c’est que la définition de la valeur d’une propriété va déterminer toute la suite du processus. Cette phase est donc primordiale et le fait de fixer le bon prix dès le départ permet de vendre plus rapidement et à un prix plus juste.

La valeur d’un bien doit rester objective, les émotions ne doivent pas entrer en ligne de compte. La valeur que vous attachez à votre maison familiale est peut-être différente de sa valeur de marché…

Pour cela, faire appel à un courtier est une excellente solution, car il est capable d’estimer la valeur de votre bien d’une manière plus objective. Ce professionnel de l’immobilier, expérimenté et informé, se base sur des critères objectifs et sur le marché immobilier local, ce qui vous permet de fixer un prix de vente pertinent.

 

Le courtier est responsable de l’exactitude des informations utilisées pour l’estimation du bien à vendre. Il veille à ce que toutes les informations soient vérifiables.
Claude Atallah, Directeur des Ventes, Société Privée de Gérance (SPG).

 

En revanche, prenez garde aux estimations en ligne : contrairement à l’approche d’un courtier professionnel, ces outils se basent sur des statistiques. Cette méthode est donc simpliste et les écarts au niveau de la valeur de marché de votre bien peuvent être conséquents. Servez-vous en tout au plus comme des indicateurs complémentaires au départ de votre mise en vente.

Le prix de vente de départ a une forte influence sur le prix de vente final de votre bien. Réussir une vente immobilière dépend donc souvent de cette première étape. Trouver le juste prix vous évitera à la fois de perdre de l’argent sur votre vente si le prix est trop bas, du temps, ainsi que des acheteurs sérieux dans le cas d’un prix trop élevé par rapport à la réalité du marché.

Un professionnel de l’immobilier vous permettra de définir le meilleur prix de vente pour votre bien immobilier.

 

2. PRÉPARER UN DOSSIER DE VENTE DE QUALITÉ

 

C’est le moment d’anticiper. La préparation du dossier de vente est souvent une étape fastidieuse pour vous, propriétaire vendeur. La qualité de votre dossier de vente va cependant permettre d’optimiser votre transaction et vous faire gagner un temps précieux.

Parmi les documents à réunir pour votre dossier de vente, l’on retrouve ceux dédiés à la vente d’une maison, et ceux dédiés à la vente d’un appartement.

 

Préparer le dossier de vente d’une maison

  • Les plans de l’habitation avec les côtes ; ils sont essentiels pour définir précisément la surface et la structure de votre bien.
  • L’extrait du registre foncier est à demander gratuitement via un formulaire en ligne sur le site du registre foncier ou en faisant une demande par téléphone, e-mail ou sur place à l’office du registre foncier (Genève, Vaud).
  • La copie de l’assurance de la maison par la ville est obligatoire et couvre les dommages occasionnés par le feu ou les phénomènes naturels. Il existe d’autres assurances facultatives qui sont souscrites auprès d’une compagnie d’assurance privée (effractions, dégâts des eaux, bris de glace, etc.) pour la PPE (propriété par étages). À noter que dans le canton de Vaud, il s’agit de la police ECA (Établissement d’assurance contre l’incendie et les éléments naturels du Canton de Vaud), qui indique les volumes détaillés de la maison.
  • Le rapport de sécurité OIBT (Ordonnance des Installations électriques à Basse Tension). Le contrôle électrique est effectué soit à la fin d’une construction ou d’une rénovation, soit à intervalle régulier tous les 20 ans pour les logements d’habitation. Il est réalisé par des professionnels agréés. Il vous coûtera entre CHF 290 et CHF 560 selon le nombre de pièces et le canton de votre propriété.
  • Le certificat CECB (Certificat Énergétique Cantonal des Bâtiments), spécifique à Vaud, qui évalue l’efficacité énergétique d’un bâtiment. La gradation va de A (très efficace énergétiquement) à G (peu efficace énergétiquement). Cette expertise énergétique vous coûtera environ CHF 800 et est obligatoire afin d’effectuer la vente.
  • Les extraits SITG (Système d’Information du Territoire à Genève) avec définition de la zone d’habitation. Ces plans certifiés du territoire cantonal sont à demander gratuitement en ligne sur le site du Système d’Information du Territoire.
  • Les surfaces habitables et utiles en m2, mentionnées séparément pour chaque étage du bien et mesurées d’après leurs dimensions effectives. Les surfaces habitables (SH) et surfaces externes (SE) sont mentionnées séparément.
  • Le volume en m3 (norme SIA 416 généralement utilisée pour les villas), pour définir un prix au m3 de construction en prenant en compte les particularités et les complexités du bien. Par exemple, pour une surface au sol similaire, un bien avec un toit-terrasse ou avec une grande hauteur sous plafond n’aura pas le même volume ni le même prix.
  • L’extrait de compte des charges pour aider le futur acheteur à se projeter et à prévoir le montant des charges.
  • La copie du contrat de location si votre propriété est louée. À Genève, une demande LDTR (Loi sur les Démolitions, Transformations et Rénovations de maisons d’habitation) est requise par les autorités. Dans le canton de Vaud, il s’agit d’une demande LPPPL (Loi sur la Préservation et la Promotion du Parc Locatif).

 

Préparer le dossier de vente d’un appartement

En plus des documents mentionnés ci-dessus, le dossier de vente d’un appartement doit également inclure :

  • Le cahier de répartition des locaux dans le cas d’une PPE. C’est un acte notarié établi par l’ingénieur géomètre officiel au moment de l’inscription de la propriété au registre foncier.
  • Les 3 derniers procès-verbaux des assemblées générales des copropriétaires pour que le futur acquéreur ait connaissance des travaux et des budgets prévus lors des assemblées générales de la copropriété. Il pourra ainsi mieux anticiper les coûts et le mode de fonctionnement de l’immeuble.
  • Le relevé de comptes des copropriétés pour que le futur acheteur ait connaissance des comptes de la copropriété.
  • Le montant du fond constitué en prévision des travaux futurs qui permet d’absorber une partie des charges en cas de gros travaux imprévus.
  • Le règlement de copropriété ou Règlement d’Administration et d’Utilisation (R.A.U.) qui détaille les parties privées et les parties communes, indique les règles relatives aux décisions des copropriétaires et explique les règles de fonctionnement de la copropriété, par exemple, en cas de travaux à prévoir dans les parties communes ou de travaux visibles ou extérieurs (changement d’une fenêtre ou pose d’un velux).

 

Rassembler tous ces documents avant de mettre son bien en vente est une condition essentielle pour réussir la vente de son bien. Le professionnel de l’immobilier peut évidemment vous aider dans la collecte de ces documents.

 

3. SÉLECTIONNER LE MEILLEUR COURTIER IMMOBILIER

 

Vous pouvez bien entendu vendre votre logement par vous-même. Mais cette méthode peut vous coûter beaucoup de temps et d’énergie !

Prix de vente mal estimé, dossier de vente incomplet, annonce mal formulée… les erreurs des novices en immobilier sont nombreuses. La vente peut prendre beaucoup plus de temps et le prix final risque d’être inférieur au marché. N’oublions pas non plus la charge émotionnelle qui accompagne une vente et qui peut être un véritable frein à une transaction réussie.

Savez-vous que, d’après les chiffres de l’OCSTAT (Office cantonal de la statistique), travailler avec un courtier formé et expérimenté permet d’augmenter jusqu’à 17% le prix de vente final de votre bien ? Un logement vendu par son propriétaire au prix de CHF 900’000 pourrait être vendu jusqu’à CHF 1’053’000 avec l’aide d’un courtier compétent, soit un gain de CHF 153’000.

 

Il est prouvé que faire appel à un courtier formé et expérimenté permet d’augmenter jusqu’à 17% le prix de vente final.

 

Comment bien choisir son courtier pour réussir sa vente immobilière ?

Un agent immobilier de confiance peut grandement faciliter la vente de votre propriété en vous accompagnant à chaque étape.

S’ils sont très nombreux sur le marché, vous devez encore choisir le meilleur pour vous, celui qui saura anticiper vos besoins, négocier la meilleure offre et vendre votre propriété dans les meilleurs délais. Pour réussir votre vente, vous avez besoin de l’agent immobilier le plus adapté à votre profil, votre projet et vos attentes. Un bon agent immobilier saura s’assurer du sérieux et du financement de l’acquéreur.

Un agent immobilier expérimenté donnera à votre bien une présence en ligne optimale et élaborera une stratégie ciblée pour faire connaître votre propriété grâce à son vaste portefeuille d’acheteurs. Faites attention cependant aux courtiers faisant miroiter des prix excessivement élevés.

Multiplier les agences et les mettre en concurrence n’est pas forcément la clé pour réussir une vente immobilière. Le but de cette concurrence étant de multiplier vos chances de faire une excellente transaction, au-delà de 2 agences, les effets peuvent être contre-productifs.

 

Comment reconnaître un courtier qualifié en 6 points ?

  1. Il est disponible. Vous sentez qu’il s’engage dans votre vente : il active son réseau et communique sur votre objet de la manière la plus adaptée. Vous avez besoin d’un courtier dédié qui connaît vos attentes et contraintes et qui y répond de manière personnalisée.
  2. Il est réactif. Il vous informe régulièrement de ses actions commerciales. Il agit avec transparence parce qu’il maîtrise son métier et toutes les étapes d’une vente. Il a une bonne connaissance des aspects financiers et il vous accompagne jusqu’à la réception des fonds sur votre compte.
  3. Il est proactif. Il va anticiper toutes les étapes de la vente.
  4. Il défend vos intérêts. Un bon courtier est un excellent négociateur qui vous accompagne tout au long du processus de vente.
  5. Il a un large portefeuille d’acheteurs. Il est ainsi capable de qualifier les clients avant la visite, de reconnaître un vrai acheteur d’un simple curieux et donc de vous faire gagner un temps précieux.
  6. Il connaît le secteur comme sa poche. Il a une excellente connaissance du marché local grâce à son expérience de la vente de nombreux objets tels que le vôtre. Il est capable de vous donner une estimation correcte et de vous conseiller le meilleur prix de vente.

 

Le mandat ou contrat de courtage pour vendre un bien immobilier

Le mandat fixe les conditions entre le vendeur et l’agence. On y retrouve une description du bien, son prix de vente, ainsi que les honoraires de courtage. En tant que propriétaire, le choix d’un mandat exclusif ou non-exclusif vous appartient.

  • Le contrat exclusif permet à votre agent immobilier de travailler votre vente plus en profondeur et de maîtriser sa communication. Il est évident qu’avant de confier son bien en exclusivité à une agence, il faut être sûr de la qualité professionnelle qu’elle propose.
  • Le contrat simple ou non-exclusif par la mise en concurrence de plusieurs agences. Attention toutefois, la concurrence pousse parfois à la multiplication des annonces de qualité variable avec des prix souvent différents pour le même objet, ce qui le discrédite aux yeux des acquéreurs potentiels.

Dans le cadre d’un contrat de courtage exclusif, faites attention aux acheteurs qui viennent sonner à votre porte, tous les acheteurs doivent être redirigés vers votre agent immobilier même s’ils arrivent spontanément. Dans le cas d’un contrat de courtage simple, il faut faire attention à ce qu’un même client ne soit pas présenté par plusieurs agences revendiquant de ce fait une commission de courtage.

 

Halte aux mythes sur la commission d’agence

Le montant de la commission peut varier en fonction de la complexité du dossier. En général, le montant des honoraires se situe entre 3% et 5% sur les premiers CHF 500’000 et 3% sur l’excédent hors taxe du prix de vente final.

La commission rémunère un service tout compris, c’est-à-dire tous les frais et le travail engagé par le courtier : estimation, frais de photographie, visite virtuelle, vidéo, home staging virtuel, constitution du dossier de vente, rédaction de l’annonce, frais de publicité/diffusion de l’annonce sur Internet, frais de mailing, organisation des visites, réception des offres, négociation, accompagnement administratif, aide auprès des banques, présence chez le notaire et assistance spéciale auprès de cabinets d’avocats si besoin.

Le paiement de la commission se fait uniquement en cas de réussite de la vente. Il est dû au moment du transfert de propriété quand le produit de la vente (montant de la transaction) arrive sur le compte du notaire en charge.

 

4. IL EST TEMPS DE PRÉPARER VOTRE BIEN

 

Optimisez le temps qui précède la vente de votre bien immobilier pour organiser une liste des tâches à faire. Pourquoi ne pas solliciter votre agent pour vous décharger ?

Voici quelques conseils essentiels pour réussir à mettre en valeur votre bien.

 

Augmentez l’attractivité de votre propriété

Assurez-vous que votre bien soit prêt pour les photos. Les photos professionnelles qui mettent en valeur les caractéristiques de votre maison ou de votre appartement font toute la différence : les photos sont l’élément le plus vendeur de votre annonce. Votre agent organisera la séance photo pour plus de simplicité. Le cas échéant, il vous proposera un home staging, une visite virtuelle ou encore une vidéo.

 

Avant les visites

  • Rangez et nettoyez. Veillez à ce que votre intérieur brille du sol au plafond. Vous pouvez faire appel à un professionnel du nettoyage si nécessaire.
  • Faites le vide. Débarrassez-vous des objets dont vous vous servez le moins et stockez-les dans un box ou chez un proche par exemple, le temps de réaliser votre vente.
  • Décorez. Coussins décoratifs, plantes vertes, mobilier design… Ajoutez une touche de vie et d’élégance à votre logement.
  • Libérez les comptoirs et autres plans de travail en rangeant la cuisine et la salle de bains.
  • Ajoutez des éclairages. Rendez vos pièces plus lumineuses pour donner plus de splendeur à votre logement. Nettoyez vos vitres, ouvrez les rideaux et relevez les stores pour laisser entrer le soleil.
  • Évitez les tapis. Les tapis ne rendent pas très bien sur les photos et peuvent donner l’impression que votre espace est plus étroit. Le photographe peut vous aider à décider quels tapis peuvent rester et lesquels doivent partir.
  • N’oubliez pas l’extérieur. Nettoyez votre porche et placez de jolies jardinières près de votre entrée. Si vous avez une terrasse, nettoyez-la avec un jet à pression et ajoutez quelques plantes colorées pour donner à l’espace un éclat supplémentaire.

 

Gardez à l’esprit que la mise en scène doit faire ressortir les avantages de votre maison. Mais inutile d’en faire trop, car cela peut inquiéter les acheteurs potentiels. Votre agent immobilier peut vous aider à faire la différence entre une bonne mise en scène et une mise en scène un peu surfaite.

 

5. LA COMMERCIALISATION ET LA DIFFUSION DE L’ANNONCE

 

Une véritable stratégie marketing pour chaque annonce immobilière

C’est la première impression qui compte ! Mettre en valeur votre bien grâce à une annonce professionnelle va être un point essentiel pour réussir votre vente. Pour cela, les photos jouent un rôle capital. Par conséquent, un bon agent s’entoure d’un photographe professionnel pour réaliser les meilleurs clichés possibles de votre bien.

Ainsi, un photographe professionnel se déplace chez vous et vous obtenez de belles photos de votre bien qui raviront vos potentiels acheteurs. Vous seriez surpris de voir à quel point un bon éclairage et un objectif grand-angle peuvent donner du cachet à votre propriété.

Gardez à l’esprit qu’une agence sérieuse saura comment atteindre un maximum d’acheteurs, notamment grâce à un package complet de services marketing pour la diffusion de votre annonce. Votre propriété sera exposée sur le site Internet de l’agence, sur les portails immobiliers les plus réputés, dans une sélection de journaux et magazines, dans des newsletters et par les efforts de représentation des courtiers sur le terrain.

 

Combien de temps faut-il pour vendre un bien immobilier ?

Cela va dépendre du type de logement et de l’adéquation de son prix au marché local de l’immobilier dans votre région. Cela varie énormément, un bien est vendu bien plus rapidement si la demande est élevée dans ce secteur.

Les caractéristiques de votre logement jouent aussi un rôle : son emplacement (quartier, écoles à proximité, magasins proches, etc.) ainsi que son prix, bien évidemment.

Votre agent immobilier peut vous aider à établir un calendrier de vente réaliste et adapté à votre logement.

 

Les ventes s’éternisent, pourquoi ?

  • Le prix est trop élevé. Une baisse de prix peut être un levier important pour relancer les acheteurs. Votre agent saura vous conseiller et trouver d’autres astuces en fonction du dossier avant de vous conseiller une baisse de prix.
  • Il y a trop d’annonces de votre bien sur Internet, car votre bien est confié à trop d’agences. Si c’est le cas, revoyez votre plan et limitez-vous à 2 agences maximum pour la commercialisation de votre bien.
  • Votre bien est atypique et ne correspond donc pas à la majorité des recherches. Dans ce cas, il faudra faire preuve de patience. N’hésitez pas à solliciter votre courtier pour réfléchir ensemble à d’autres scénarios (comme séparer le bien en plusieurs lots par exemple).
  • L’emplacement n’est pas idéal. Si votre propriété est trop proche d’un axe autoroutier par exemple, cela peut freiner les acheteurs et allonger le délai de vente. Pensez à valoriser votre bien sans pour autant masquer la vérité. Votre propriété doit avoir certains atouts que d’autres n’ont pas.

 

6. LES VISITES

 

Quand les visites commencent, c’est aussi parfois le début d’une étape délicate pour les propriétaires. Vous devez laisser tout l’espace aux acheteurs alors que vous habitez probablement encore dans votre logement. Difficile de réussir une vente immobilière si vous ne laissez pas les intéressés se projeter.

L’étape charnière des visites peut être bien mieux gérée avec l’aide d’un professionnel de l’immobilier. Laissez-le prendre en charge l’agenda des visites et orchestrer les visites. Vous serez soulagé et votre vente aura de plus grandes chances d’aboutir rapidement.

Votre agent va sélectionner les potentiels acheteurs et pourra déterminer leur véritable intérêt. Ainsi, vous gagnerez du temps en évitant les visites inutiles.

 

Alors comment réussir l’étape des visites ?

  • Ne manquez pas une occasion de faire visiter votre bien. Malgré toute l’énergie que cela demande, essayez d’être flexible et d’offrir le maximum de plages horaires pour faire visiter votre bien. La grande disponibilité de votre courtier fera aussi la différence et permettra de ne laisser passer aucun acheteur potentiel.
  • Mettez-vous à la place des acheteurs. Imaginez ce qui peut être agaçant ou encourageant pendant une visite de votre bien.
  • Laissez-leur du temps. Pour que les acheteurs se projettent dans un bien et tombent amoureux de l’endroit, ils ont besoin de temps et d’espace. Il serait même préférable que vous laissiez votre agent immobilier s’occuper des visites en votre absence.
  • Offrez-leur un endroit calme pour se projeter. Dans la mesure du possible, permettez aux acheteurs potentiels de s’imaginer leur vie future sans les perturber avec vos contraintes quotidiennes.

 

Si le nombre de visites diminue, faites confiance à votre agent immobilier pour augmenter l’attractivité de votre bien. Il pourra créer de nouvelles annonces, refaire des photos, relancer à nouveau son portefeuille d’acheteurs ou même utiliser la technologie 3D pour aider les acquéreurs à se projeter.

 

7. NÉGOCIER LES OFFRES ET SIGNER UN ACCORD DE VENTE

 

Si votre bien suscite de l’intérêt, vous recevrez une ou plusieurs offres écrites ou orales d’acheteurs intéressés qui servent de base à la négociation commerciale de la vente.

La vente de votre propriété est une transaction commerciale, alors ne prenez pas personnellement une offre basse. C’est l’occasion de négocier le prix vers le haut, puisque votre interlocuteur est déjà intéressé. Discutez-en avec votre agent immobilier et évaluez l’opportunité de faire une contre-offre.

Dès qu’un acheteur fait une offre, votre agent vous contactera pour vous donner tous les détails puis vous aider à prendre la bonne décision. Allez-vous accepter l’offre, la refuser ou entamer les négociations ?

Un bon agent saura négocier la meilleure offre et défendre vos intérêts. Il saura aussi vous dire franchement quand une offre doit être refusée, ce qui est souvent très utile.

Une fois qu’un accord sur le prix et les conditions de vente est trouvé, votre courtier rédigera un protocole d’accord qui sera signé entre toutes les parties.

Il y a cependant encore beaucoup à faire entre l’accord de vente et la conclusion de la vente. Aucune inquiétude, votre agent vous accompagnera dans toutes ces étapes administratives jusqu’à la signature de l’acte de vente.

 

8. LA BANQUE ET LE NOTAIRE

 

Le rôle de la banque

La banque va financer l’acquéreur, qui pourra également faire appel à un courtier en crédits hypothécaires pour trouver la meilleure offre de prêt possible. La banque mandate un expert immobilier qui valide la valeur de gage à la banque et estime le montant approximatif des travaux à effectuer s’il y a lieu.

 

Le rôle du notaire

Dès qu’un accord est convenu entre le vendeur et l’acheteur, votre courtier enverra votre dossier complet au notaire que l’acquéreur aura choisi. Sa mission va même plus loin que l’envoi du dossier puisqu’il jouera un véritable rôle de chef d’orchestre entre les différentes parties.

Le notaire est le garant de la légalité de la transaction immobilière, il s’assure que rien ne s’oppose au transfert de propriété et que les deux parties sont en règle.

Le notaire va donc authentifier la vente. Il rédigera les actes authentiques, s’occupera de créer ou d’augmenter la cédule hypothécaire et regroupera les pièces relatives au bien (plans, certificats, assurances, etc.).

Ensuite, l’office notarial réceptionnera le prix de vente (fonds propres et hypothèque), paiera les impôts qui sont dûs et enregistrera le droit d’emption*.

Enfin, la vente se clôture lorsque l’inscription au registre foncier est enregistrée.

 

La remise des clés

Les clés sont remises au nouveau propriétaire à l’issue de la signature de l’acte authentique de vente et d’achat ou à une date convenue et inscrite dans ledit acte.

*Droit d’emption : pour qu’un acheteur devienne légalement propriétaire d’un bien immobilier, la signature d’un contrat de vente ne suffit pas. Faut-il encore que le nom du nouveau propriétaire soit inscrit au registre foncier. Il peut s’écouler un certain temps entre les deux, comme dans le cas d’une promesse de vente, par exemple. Pendant cette période, le vendeur reste propriétaire du bien et, s’il est malintentionné, pourrait le revendre à un tiers. Le premier acquéreur s’en prémunira en demandant l’annotation d’un droit d’emption (droit d’achat) au registre foncier dès la conclusion du contrat. Ce droit est valable dix ans au maximum et peut être transmis dans le cadre d’une succession.

 

9. DERNIÈRE LIGNE DROITE : FINALISER LA VENTE

 

Les frais à la charge du propriétaire

Même si vous gagnez de l’argent grâce à la vente de votre maison, il y a certains coûts à prévoir dans le processus. Voici quelques-uns d’entre eux :

  • La commission de courtage. En tant que propriétaire, vous serez responsable du paiement des honoraires de courtage à votre agent immobilier. Habituellement, cette commission se situe entre 3% et 5% sur les premiers CHF 500’000 et 3% sur l’excédent HT du prix de vente final.
  • Les frais de mise en scène ou home staging. Les frais que vous avez engagés pour présenter votre logement sont à prendre en compte. Ils représentent un petit pourcentage du prix de vente, mais sont nécessaires pour réaliser la meilleure transaction possible.
  • Les réparations ou l’entretien. Vous avez peut-être effectué certaines réparations, comme remplacer un robinet qui fuit ou la remise en état de certaines pièces, ou peut-être a-t-il été convenu avec l’acheteur que vous effectueriez certaines réparations avant la remise des clés.
  • Les pénalités bancaires. Elles sont à payer en cas de remboursement anticipé de l’hypothèque.
  • L’impôt sur les plus-values immobilières. Lors de la vente d’un logement, si l’opération se solde par la réalisation d’un bénéfice, le gain réalisé entraîne la perception d’un impôt cantonal spécial appelé à Genève « Impôt sur les bénéfices et gains immobiliers » (IGBI) et « Impôt sur les gains immobiliers » (IGI) dans le canton de Vaud. Le taux de cet impôt varie selon le canton et la durée de détention du bien immobilier.
      • Bon à savoir : la commission de courtage payée par le vendeur peut être déduite du prix de vente et ainsi diminuer l’impôt perçu. Le taux d’imposition dépend de la durée de possession du bien. À Genève, il est proportionnel et dégressif : 50% pour une durée de possession de deux ans, 40% entre deux et quatre ans, 30% entre quatre et six ans, 20% entre six et huit ans, 15% entre huit et dix ans, 10% entre dix et vingt-cinq ans et 0% à partir de vingt-cinq ans.
  • Les certificats de l’OIBT ou le CECB selon le canton :
    • La réalisation de ces certificats électrique et énergétique est payante. Ils vous coûteront quelques centaines de francs chacun (voir détail des prix dans la rubrique sur le dossier de vente).
    • Dans le canton de Genève, c’est l’OIBT par le propriétaire qui est obligatoire.
    • Dans le canton de Vaud sont obligatoires le CECB par le propriétaire et l’OIBT par l’acheteur.
  • Les frais de déménagement. Pensez à tenir compte des frais relatifs à votre déménagement ou au stockage de vos affaires le cas échéant.
  • Les frais à la charge de l’acheteur.
  • Les frais de notaire :
    • À Genève, le coût de l’acte de vente s’élève à environ 4% du prix du bien, répartis de la manière suivante : 3% de droits d’enregistrement en faveur de l’administration fiscale (impôt que le notaire rétrocède directement). Puis 0,25% des frais sont perçus par le registre foncier pour l’inscription du bien. Enfin, environ 0,7% des frais sont perçus par le notaire pour la réalisation de son travail : ses émoluments.
    • Dans le canton de Vaud, le coût de l’acte de vente s’élève à environ 5% du prix d’achat, répartis de la manière suivante : 2,2% d’impôt cantonal, 1,1% d’impôt communal, et on ajoute à cela les frais de création (ou mutation de cédule hypothécaire), les frais d’inscription au registre foncier et les honoraires du notaire.

 

10. RÉCEPTION DES FONDS ET TRANSFERT DE PROPRIÉTÉ

 

Votre propriété est officiellement vendue ! Les fonds sont versés sur votre compte et vous pouvez envisager l’avenir sereinement désormais. Votre agent immobilier terminera son mandat avec vous à cette étape. C’est le moment où il percevra sa commission de courtage pour tout le travail réalisé jusqu’ici.

Réussir votre vente immobilière peut être fastidieux. Chacune des étapes est importante et ne peut être négligée. Pour simplifier le processus de vente, un agent immobilier vous sera d’une grande aide.

Contactez-nous pour vous accompagner dans la vente de votre bien immobilier !

vente immobilière - remise des clés

Rénovations énergétiques : un enjeu pour les propriétaires

Publié le: 13 Août, 2020

Depuis plus d’une décennie, la réduction de notre empreinte environnementale est au cœur…


Catégories: Environnement, Immobilier

Cinq idées reçues sur la vente de biens immobiliers

Publié le: 29 Octobre, 2020

Certaines idées reçues nuisent aux ventes immobilières en amenant les propriétaires à prendre…


Catégories: Immobilier

ABONNEMENT AUX PUBLICATIONS DU GROUPE SPG-RYTZ

<nyt_prefs> <nyt_prefix></nyt_prefix> <nyt_suffix></nyt_suffix> <nyt_base_path>~/Desktop/icons</nyt_base_path> <nyt_scaling>100</nyt_scaling> <nyt_transparency>true</nyt_transparency> <nyt_embedImage>true</nyt_embedImage> <nyt_embedFont>true</nyt_embedFont> <nyt_trimEdges>true</nyt_trimEdges> <nyt_innerPadding>false</nyt_innerPadding> <nyt_format>JPG</nyt_format> <nyt_artboards>all</nyt_artboards> <nyt_layers>all</nyt_layers> <nyt_exportArtboards>false</nyt_exportArtboards> <nyt_ignoreWarnings>false</nyt_ignoreWarnings></nyt_prefs>